Littérature & co.

Orgueil et Préjugés : Mon avis

En tant qu’étudiante en littérature, et je suis certaine de ne pas être la seule, j’ai certaines hontes que je n’ose pas formuler à voix haute. Souvent, cela ressemble à « je ne comprends pas pourquoi tout le monde dit que Maria Chapdelaine c’est aussi nul » ou encore « Madame Bovary, c’est celle qui se suicide à la fin c’est ça ? ». Bon j’exagère un peu, mais vous voyez le principe. Dans la même lignée, je n’avais jamais osé avouer que je n’avais jamais lu ce fameux classique littéraire Orgueil et Préjugés.

Évidemment, j’en avais entendu parler de long en large, mais je ne m’étais jamais résolue à ouvrir ce roman. Je ne suis pas une fan d’histoire d’amour, encore moins celles à l’eau de rose et c’est la réputation qu’avait ce classique pour moi. Alors comment me suis-je décidée à le lire? En tombant un jour sur une vidéo Youtube présentant des extraits du film de 2005. Je ne pourrais expliquer mon raisonnement, mais je suis passée de « Aye, Keira Knightley joue dans le film, ça doit pas être si mal ! » à « Le livre me semble plus intéressant tout d’un coup ».

Équipée de ma liseuse électronique (ne me lancez pas de pierres), j’ai alors débuté ma lecture. Rapidement, j’ai compris pourquoi Jane Austen était une auteure aussi reconnue. Son style d’écriture est superbe, classique et fluide. Les descriptions sont très belles et il y a un certain cachet dans son écriture d’une époque passée. Je ne m’étendrai toutefois pas sur cela, puisque je m’intéressais davantage à l’histoire et aux personnages en commençant ma lecture.

Pour ce qui est des personnages, j’ai rapidement été charmée par les principaux : Elisabeth et Mr. Darcy. La première est une jeune femme forte, qui refuse d’être mariée pour l’argent et qui sait utiliser son cerveau. Elle aime beaucoup lire, a un bon sens de la répartie et est manifestement intelligente. C’est un personnage auquel on peut s’associer et auquel on veut s’associer, contrairement à sa mère et ses soeurs, à l’exception de Jane. Sa supériorité intellectuelle se trouve davantage mis en valeur puisqu’elle est entourée de personnages qui eux-mêmes s’en trouvent pratiquement dépourvu. Ses plus jeunes soeurs et sa mère sont dépeintes comme des femmes aux moeurs légères, prêtes à tout pour la main d’un homme riche et font souvent des actions irréfléchies. Elisabeth tient davantage de son père et c’est pour cela qu’elle est sa préférée. Mr. Darcy, quant à lui, est un personnage mystérieux, qui semble hautain à première vue. Il se révèle toutefois très intelligent et manquant seulement de capacité sociale. Le fantasme de l’homme « mauvais » que les femmes veulent changer en prince charmant, qui semble encore si répandu aujourd’hui, pourrait découler de la figure classique de cet homme.

L’histoire, quant à elle, est réaliste et bien ficelée. Les rencontres entre les personnages sont vraisemblables et rien ne semble forcé comme dans plusieurs romans d’amour de nos jours. Le récit s’étale sur plusieurs mois, rendant davantage crédible l’évolution de la relation entre Elisabeth et Mr. Darcy. Malgré cela, je dois avouer qu’un élément m’exaspère. Comme l’histoire se déroule sur si longtemps, je ne comprends pas pourquoi la résolution de celle-ci avec le mariage des personnages semble quasiment précipitée. Il semble y avoir un empressement soudain à ce que cet événement se produise, laissant l’impression que les sentiments de la jeune femme que nous suivons pourtant se sont développés du jour au lendemain et que tout d’un coup, elle en est éperdument amoureuse. Ce sentiment est moins présent dans le film de 2005, et je mets cela sur le compte du temps qui semble moins échelonné et une évolution plus rapide des scènes importantes qui entraîne le mariage de ces personnages.

Au final, il est ironique que ce soit mes préjugés qui m’aient empêché de lire ce livre qui se trouve à être un excellent roman. L’écriture est très jolie et soignée, l’histoire est crédible et les personnages sont bien développés. Ma seule critique négative se trouve à être la précipitation quant à la fin du récit, ainsi que parfois certaines longueurs, que je mets sur le compte de mon excitation à savoir la suite. Cela n’affecte toutefois pas le plaisir que j’ai eu de cette lecture et je recommande vivement ce roman. Comme vous pouvez le voir, il m’arrive moi-même de me laisser avoir par mes préjugés et très souvent, comme c’est le cas ici, il est bien plus satisfaisant de s’en défaire pour découvrir de nouvelles choses!

 

1 thought on “Orgueil et Préjugés : Mon avis

Laisser un commentaire